Le Parlement européen pourrait voter pour interdire l’anonymat dans la crypto

Le Parlement européen pourrait voter pour interdire l’anonymat dans la crypto

Points clés à retenir

  • Certains membres du Parlement européen pourraient voter la semaine prochaine pour interdire les transferts cryptographiques anonymes.
  • Les nouvelles règles interdiraient également les transactions cryptographiques vers diverses juridictions.
  • La nouvelle est tombée au terme d’une semaine remplie d’évolutions de la réglementation cryptographique dans le monde.

Les membres du Parlement européen auraient prévu un vote la semaine prochaine qui, en cas de succès, pourrait interdire l’anonymat dans les paiements cryptographiques, y compris les transactions cryptographiques vers des portefeuilles non hébergés. Les rapports suggèrent également que les utilisateurs de crypto de l’UE pourraient se voir interdire d’effectuer des transactions avec certaines juridictions.

Règlement imminent

Le Parlement européen pourrait être sur le point de voter en faveur de l’interdiction des transactions cryptographiques anonymes, quel que soit leur montant, selon un rapport CoinDesk.

De plus, des tentatives pourraient être faites pour arrêter les transactions cryptographiques de l’Union européenne vers des juridictions signalées comme à risque en termes de blanchiment d’argent et d’autres activités illicites. Ces mesures pourraient impliquer d’obliger les fournisseurs de services de cryptographie à ne pas autoriser les transactions vers les juridictions signalées, qui pourraient inclure les États-Unis, le Royaume-Uni, la Turquie, la Fédération de Russie, Hong Kong, l’Iran et les îles Caïmans.

Le corps législatif imposerait des contrôles d’identité sur les paiements cryptographiques de toute taille, alors que le seuil minimum qui impose actuellement des exigences d’identité sur les virements bancaires est de 1 099 $.

Il y a eu plusieurs développements dans la réglementation de la cryptographie dans le monde cette semaine, certains plus indulgents que d’autres. Cette semaine, le vice-ministre malaisien des communications a proposé l’adoption de la crypto comme monnaie légale. Le gouverneur de Floride a déclaré que son État accepterait bientôt les crypto-monnaies des entreprises pour le paiement des impôts, tandis que le gouvernement indien a mis en place une taxe de 1 % sur toutes les transactions cryptographiques. Le Honduras a mis fin aux rumeurs selon lesquelles il adopterait bientôt le Bitcoin comme monnaie légale, et la Thaïlande a interdit les paiements cryptographiques, à compter du mois prochain. Un comité du Sénat américain a adopté un projet de loi qui demanderait aux agences fédérales d’atténuer les risques associés à l’adoption par El Salvador du Bitcoin comme monnaie légale, qui attend un vote au Sénat. La Banque d’Angleterre a affirmé hier la nécessité d’une surveillance réglementaire accrue de la cryptographie. Aujourd’hui, Coinbase a annoncé qu’il devrait se conformer aux lois canadiennes en déclarant les transactions avec des entreprises de plus de 1000 CAD.

A Lire aussi :   GameStop s'associe à FTX face à des pertes plus importantes

Divulgation: Au moment de la rédaction de cet article, l’auteur de cet article possédait BTC, ETH et plusieurs autres crypto-monnaies.